Plan de gêne sonore

PGS

Objectif d'un PGS :

Il a pour objectif de constater la gêne sonore autour de l'aérodrome et de définir l'espace géographique dans lequel les locaux peuvent bénéficier de l'aide à l'insonorisation.

Comment est élaboré un PGS ?

Il est construit en tenant compte à court terme (année N+1) de différents paramètres :

  • le trafic en nombre de mouvements (atterrissages décollages) par type d'appareil.
  • le niveau de bruit des avions.
  • les trajectoires.
  • l'heure de passage (jour, soirée, nuit).

Ces données sont intégrées afin de produire un plan représentant des zones de gêne sonore d'une journée moyenne en tous points situés au voisinage de l'aéroport et ouvrant droit à une aide à l'insonorisation L'indice de modélisation est le Lden (comme pour le PEB). Trois zones sont alors déterminées.

Comment se lit un PGS :

  • Zone I, dite de gêne très forte limitée par la courbe d'indice Lden 70
  • Zone II, dite de gêne forte entre les courbes Lden 70 et Lden 65
  • Zone III, dite de gêne modérée entre les courbes Lden 65 et Lden 55.

 

Le PGS de Nice :

Le premier PGS de Nice a été établi en 1995. La réglementation ayant récemment évoluée (changement d'indice Lden), le Plan de Gêne Sonore a été réactualisé le 30 décembre 2010.

Qui finance cette aide ?

L'aide aux riverains est financée à ce jour par la Taxe sur les Nuisances Sonores Aériennes (TNSA).